Monuments principaux

Joigny appartient aux réseaux "Villes et pays d'art et d'histoire" et "Plus Beaux Détours de France" grâce à la richesse de son patrimoine. La ville possède 19 monuments classés.

L'Eglise St André

p1020002

 

  • L’ÉGLISE SAINT ANDRÉ, au cœur de l’ancien quartier vigneron, a succédé à celle du prieuré Notre-Dame,  fondé en 1080 par le comte de Joigny.

    Construite du XIVe au XVIe siècle, elle possède un remarquable portail Renaissance avec une frise représentant le jugement et le martyre de Saint-André.

.

L'Eglise St Jean

p1000030

L’ÉGLISE SAINT-JEAN , près du château des Gondi, domine toute la ville. Elle a été reconstruite plusieurs fois au cours des siècles. L’édifice actuel date pour l’essentiel du XVIe siècle, après l’incendie de 1530 . Elle a été achevée en 1596 par l’architecte jovinien Jean Chéreau.

 La voûte de la nef est remarquable ainsi que le sépulcre de marbre blanc et le tombeau de la comtesse Adélaïs de Joigny décédée en 1187.

 

.

L'Eglise St Thibault

clocherstthibault

L’ÉGLISE SAINT-THIBAULT, de style gothique et renaissance, a été édifiée entre 1490 et 1529.

Elle est dominée par une tour carrée couronnée d’un campanile. Une belle statue équestre de Saint-Thibault, œuvre du sculpteur Jean de Joigny, orne le portail latéral.

 L’intérieur renferme un riche patrimoine (peintures, sculptures). L’orgue Daublaine-Callinet, installé en 1842 a été restauré en 1986.

.

Le Château des Gondi

 

 LE CHATEAU DES GONDI, bâti entre 1569 et 1613, a succédé à plusieurs châteaux. construits sur le même emplacement. Jean Chéreau, architecte jovinien, fut un des maîtres d’œuvre, réalisant un bel édifice Renaissance.

Le corps de logis et le pavillon d'angle offrent un décor riche, suivant l'évolution de l'architecture entre le XVIe et XVIIe siècle.

Proche de l’église Saint-Jean, il domine toute la ville. Il a été restauré à la fin du XXe siècle. il ne se visite pas.

.

La Chapelle des Ferrand

 

 LA CHAPELLE DES FERRAND (XVIe s.), seul vestige de l’ancien cimetière, est une chapelle sépulcrale édifiée au début du XVIe siècle à la demande de Jean Ferrand, grand archidiacre de Sens.

Elle est devenue une dépendance de Palais de justice au XIXe siècle. De forme octogonale, elle est ornée de beaux éléments de décoration : pilastres,inscriptions et personnages fantastiques évoquant la mort et la résurrection.

.

La Maison de l'Arbre de Jessé

jesse 180

 LA MAISON DE L’ARBRE DE JESSÉ (XVIe s.)

Construite à l’angle de la rue Gabriel Cortel, elle présente une remarquable façade. Les montants de bois reproduisent la généalogie du Christ comme évoqué notamment dans l'évangile de saint Matthieu : Jessé, endormi, rêve d'un arbre jaillissant de son corps et sur les branches apparaît la parenté du Christ et au sommet la Vierge et l’enfant Jésus.

Ce thème religieux est très rarement exploité sur un édifice civil ; Cette maison fait partie des trois seules maisons en France avec un arbre de Jessé.

.

La Maison du Bailli

maison du bailly grand

 

  • LA MAISON DU BAILLI date du  XVIe siècle. Elle a été restaurée au début du XXe siècle par l’abbé Vignot, puis par les Monuments historiques après les bombardements de 1940.

    Elle présente des pans de bois sculptés d’éléments végétaux sur 2 façades. Il faut aussi remarquer le léger encorbellement de l’étage.

    Selon une tradition, le bailli y rendait la justice

 

 

.

La Maison du Pilori

maison du pilori grand

LA MAISON DU PILORI (XVIes.) est la maison à pans de bois au décor le plus riche de la ville.

Elle possède une façade ornée de céramiques (carreaux émaillés verts, bleus et jaunes) et de piliers sculptés ; Saint-François d’Assise, Saint Martin et Saint Jean-Baptiste y sont représentés.

Elle a été restaurée en 1970.

.

La Porte du Bois

porte_bois_ grand

LA PORTE DU BOIS (XIIIe s.) faisait partie de l’enceinte médiévale dont il reste aussi quelques vestiges le long du chemin de la Guimbarde.

C’est la dernière des  quatre portes qui existaient au Moyen Age.

Elle est encadrée  de deux tours rondes et ouvre sur la forêt,  vers le nord.

 

.

.